Archives pour la catégorie édifices cultuels – églises

Villers-en-Arthies (95) Eglise Saint Martin (ISMH)


Restauration de l’église – Phase 1

 

Titre : Villers-en-Arthies  Eglise Saint Martin (ISMH)

Type de marché : Marché public

Année : 2017-2018

Maître d’ouvrage : Public

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de l’Oise, vitraux, portail bois sculpté

Mission : Etude diagnostic + Mission complète phase 1

Etat : Etude rendue, démarrage de travaux au 1er semestre 2018

L’étude préalable réalisée en 2016 a permis de dresser d’exécuter le relevé exhaustif de l’édifice, de mener à bien l’étude historique de l’édifice et d’établir son diagnostic sanitaire.

A la suite du rendu de l’étude et en concertation avec la commune et l’Architecte des Bâtiments de France du Val d’Oise, nous avons divisé le programme de travaux pour la restauration de l’église en 3 phases. La présente se concentrera sur les travaux de restauration du clos et couvert (hors clocher et hors vitraux) ; elle comprend notamment la restauration du très beau portail sculpté en façade Ouest (XVIe).

L’église se compose d’une nef de quatre travées accompagnée d’un seul collatéral au Nord et d’un transept dont le bras Nord est surmonté par un clocher-tour à trois étages. Une tourelle circulaire, à l’angle du clocher et du bas-côté, contient l’escalier qui conduit aux combles puis à la chambre des cloches et aux cadrans de l’horloge.

La nef et le chœur ne sont pas dans le même axe, en effet ce dernier dévie vers le Nord-Est. Le chevet hémisphérique est recouvert par une voûte sexpartite en bois. Une chapelle latérale Nord s’insère sur la première travée du chœur.

La toiture de l’église est particulière, elle est formée de trois couvertures aux hauteurs différentes, séparées par des murs pignons donnant un aspect en dents de scie. La grande couverture abrite sous ses deux versants la nef, le collatéral et la croisée. La deuxième et troisième toitures couvrent le chœur et l’abside. Le bras Sud du transept accueille la chapelle de la Vierge et le bras Nord la chapelle Saint Martin.


Bossay sur Claise – église Saint Martin


Etude préalable à la restauration

 

Titre :  Bossay sur Claise – Eglise Saint Martin

Type de marché : Marché public

Année : 2017

Maître d’ouvrage : Public

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de tuffeau, bois de chêne, ardoises

Mission : Etude diagnostic

Etat : Etude rendue en décembre 2017

L’église paroissiale Saint Martin est classée au titre des Monuments Historiques depuis le 8 juillet 1911. L’édifice se trouve au centre bourg de la Commune de Bossay-sur-Claise, adjacent à la mairie.

L’édifice date principalement du XIIème siècle, et a subi des rajouts (bas-côté Nord) et restaurations lourdes (nef) au XIXème siècle sous la direction d’Anatole de Baudot. On note des chapiteaux et modillons sculptés datant du XIIème siècle intégrés dans les élévations du chevet et du clocher.

La place de l’église ayant été refaite en 2004, la commune souhaite actuellement restaurer la façade occidentale de l’église. Elle s’interroge également  sur des fissures et affaissements présents dans les arcades du bas-côté Nord. Atelier 27 a réalisé une étude diagnostic permettant de cibler les causes des désordres et d’établir un programme de travaux selon les urgences à traiter.

Dans le cadre de l’étude, Atelier 27 a effectué une inspection à la nacelle des couvertures et du clocher, comprenant également des sondages dans les couvertures de la nef et du bas-côté Nord pour vérifier leur état.


Sepmes – Eglise Notre Dame


Etude diagnostic

 

Titre : Sepmes – Eglise Notre Dame

Type de marché : Marché public

Année : 2017

Maître d’ouvrage : Public

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de tuffeau, bois de chêne, ardoises

Mission : Etude diagnostic

Etat : Etude rendue en décembre 2017

L’église paroissiale Notre Dame est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 30 avril 2010.

Suite à de nombreux désordres et des chutes de pierres provenant des parties hautes de l’édifice, la commune a décidé  en 2017 de faire réaliser une étude diagnostic générale de l’édifice.

L’étude, réalisée en novembre 2017 par Atelier 27, comportait une inspection à la nacelle permettant au même temps de sécuriser les parties supérieures de l’édifice par la pose de filets de sécurité. Les maçonneries et couvertures de l’église se révèlaient en état de vétusté général et la présence de certaines fissures et dislocations incite à une étude de structure plus approfondie.

Un complément d’étude sera réalisé au printemps 2018.


La Roche-Clermault – Eglise Saint Martin


RESTAURATION INTERIEURE & EXTERIEURE

 

Titre : La Roche Clermault – Restauration de l’église Saint Martin

Type de marché : Marché public

Année : 2016-2018

Maître d’ouvrage : Commune de La Roche Clermault

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de tuffeau, ardoises, tuiles plates, décors peints

Mission : Accord-cadre MOE

Etat : Etude rendue – travaux prévus en 2018

L’église Saint Martin de La Roche-Clermault (37) est un édifice construit à partir du XIIe siècle et terminé au XIXe siècle. Elle fût inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 13 novembre 1939 puis classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 11 septembre 1985.

Edifiée avec le cimetière au Sud du village, elle est marquée extérieurement par son clocher gothique dont la flèche culmine à 27m du sol. Un espace extérieur protégé appelé « caquetoire », construit au XVIIIe siècle, au droit de son entrée Ouest et le long de son mur gouttereau Nord, fait la particularité extérieure de l’église. Intérieurement, le chœur, le chevet et la chapelle Notre-Dame conservent des peintures murales remarquables.

L’église présente actuellement des désordres structurels et des dégradations qui nécessitent des travaux de restauration. A la demande de la Commune nous avons établi un diagnostic sanitaire et un programme de travaux. Une première tranche débutera en 2018.


HUISMES – église Saint Maurice


RESTAURATION INTERIEURE & EXTERIEURE

 

Titre : Huismes – Restauration de l’église Saint Maurice

Type de marché : Marché public

Année : 2017-2018

Maître d’ouvrage : Commune de Huismes

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de tuffeau, charpente en chêne

Mission : Mission complète + DIA

Etat : Phase 1 prévue en mars 2018

 

L’église Saint Maurice d’Huismes est une église paroissiale dont les parties les plus anciennes (abside, clocher) remontent au XIIème siècle. Son abside et son avant-travée attenant, sont classés au titre des Monuments Historiques depuis 1913. Son clocher et le passage suspendu côté Ouest sont inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Suite à l’état vétuste des maçonneries du clocher et des fissurations évolutives dans les voûtes de la nef, la Commune d’Huismes a décidé de confier une mission de maîtrise d’œuvre pour assurer la mise en sécurité et la restauration pérenne de l’édifice.

Atelier 27 a réalisée une étude diagnostic au printemps 2017, comprenant également une inspection à la nacelle du clocher et des couvertures. Des découvertes dans les combles de la nef ont donné lieu à une étude dendrochronologique de la charpente, permettant de dater une grande partie des fermes du XIIème siècle.

Une première phase de travaux prévue en mars 2018 comprendra la mise en sécurité du clocher, la restauration de la charpente et couverture de la nef et des investigations complémentaires.

Etude dendrochronologique de la charpente de la nef, réalisée par Dendrotech – Betton (35)

 


Eglise Saint-Maurice d’Artannes-sur-Indre


RESTAURATION INTERIEURE & EXTERIEURE

 

Titre : Artannes-sur-Indre – Restauration de l’église Saint Maurice

Type de marché : Marché public

Année : 2015-2017

Maître d’ouvrage : Commune d’Artannes-sur-Indre

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de tuffeau

Mission : Mission complète + DIA

Etat : Phase 1 achevée en octobre 2017

Fondée au 11siècle, l’église Saint-Maurice d’Artannes-sur-Indre formait avec le palais des archevêques un quadrilatère entouré de douves. Plusieurs fois remanié, on retrouve aujourd’hui un ensemble hétérogène comportant entre autres un transept et son clocher datant du 12e siècle. Le transept Sud contient dans sa baie centrale un vitrail composé de trois panneaux classés MH, dont un représente le martyr de Saint Maurice.

Suite à l’état général vétuste de l’église, la commune a missionné Atelier 27 en 2016 pour l’établissement d’une étude diagnostic. Cette étude a permis de dresser un bilan sanitaire général et d’établir un programme de travaux pluri-annuel. Les investigations sur place ont également révélé l’existence de multiples vestiges de décors peints dans les combles de l’édifice.

Une première phase de travaux exécutée en 2017 concernait principalement la restauration du clocher et son beffroi. Les décors peints présents dans la chambre intermédiaire du clocher ont pu être consolidés.  Les travaux ont également permis le nettoyage de la façade Ouest, la mise aux normes du paratonnerre, des travaux de couverture divers et la purge des enduits ciment des soubassements Nord de l’église.

Une prochaine phase devrait entre autres traiter les désordres des maçonneries des transepts et de la chapelle de la Vierge, et les problèmes de remontées d’humidité dans la nef.

 

 


Île Bouchard – Eglise Saint Gilles


RESTAURATION SUITE A L’INCENDIE DE SEPTEMBRE 2015

 

Titre : L’Île Bouchard – Restauration suite à l’incendie de novembre 2015

Type de marché : Marché public

Année : 2016

Maître d’ouvrage : Commune de L’Île Bouchard

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de tuffeau, peinture murale à la détrempe, Orgue Jacquot,

Mission : Mission complète + DIA

Etat : Chantier livré en janvier 2017

L’église Saint-Gilles de l’Île-Bouchard, date du XIe siècle et a été remaniée aux XVe siècle et XIXe siècle.

L’édifice, de style roman faisait partie d’un ancien prieuré du XI e siècle. De cette époque, il ne subsiste que le côté Nord et son portail. La façade et son portail, la nef et le clocher datent du XII e siècle. Le chœur gothique possède trois vaisseaux et un chevet plat ; il fut reconstruit au XV e siècle grâce aux dons de Charles VII.

Les voûtes en briques et les toitures ont été refaites au XIX e siècle. Une des trois cloches est classée monument historique. L’église connait une grande affluence de fidèles et un pèlerinage annuel le 18 décembre pour commémorer l’apparition miraculeuse de la Vierge en 1947.

Une incendie d’origine criminelle détruit en septembre 2015 le confessional et abîme les voûtes et la peinture murale représentant le baptême du Christ dans le baptistère. Une suie noire se répartit dans l’édifice et la chaleur abîme également l’orgue. Atelier 27 est missionné pour faire l’analyse des désordres, définir et conduire les travaux de restauration.

Grâce aux entreprises Jaillais, Guérin, Atelier van Guy et Lemercier, facteur d’Orgues, le chantier a été mené à bien et l’édifice restitué aux fidèles.


Auvers-sur-Oise


RESTAURATION DES COUVERTURES ET CHARPENTES

 

Titre : Auvers-sur-Oise – Etude préalable  à la restauration des couvertures et charpentes de l’église Notre Dame de l’Assomption 

Type de marché : Marché public

Année : 2016 – 2018

Maître d’ouvrage : Ville de Auvers-sur-Oise

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Tuiles plates, charpente en chêne, pierre de l’Oise;

Mission : Etude préalable et Mission complète

Etat : Etude livrée – Démarrage des travaux prévu au 1er trimestre 2018

 

L’église Notre Dame de l’Assomption d’Auvers-sur-Oise est aujourd’hui mondialement connu grace au tableau de Vincent van Gogh. Le peintre néerlandais, d’ailleurs enterré au cimetière du village en a peint une saisissante vue du chevet en juin 1890.

Atelier 27 est intervenu d’abord en décembre 2015 et janvier 2016 pour la restauration d’urgence de la couverture de l’absidiole Nord (XIIe S.). Au vu de l’état inquiétant de l’ensemble des couvertures nous avons proposé à la commune de réaliser une étude préalable globale définissant les urgences et l’ordre de priorité des travaux de restauration à prévoir.

Cette étude a été réalisé en mars-avril 2016 et les travaux proposés feront l’objet de deux tranches opérationnelles. Le financement des travaux fait l’objet d’un appel à dons et un d’un reportage de France 3, à visionner par ce lien.

La première tranche de travaux est prévu à partir de mars 2018.


Ancienne Collégiale Notre Dame / Saint Ours de Loches


RESTAURATION INTERIEURE & EXTERIEURE

 

Titre : Loches – Restauration intérieure & extérieure

Type de marché : Marché public

Année : 2015 – 2017

Maître d’ouvrage : Ville de Loches

Montant de travaux : N/C

Surface : N/C

Matériaux : Pierre de tuffeau

Mission : Mission complète + DIA

Etat : Phase 1 des travaux de restauration achevé en octobre 2017

Fondée entre 963 et 985, par Géoffroy de la Grisegonelle, comte d’Anjou, en pénitence de ses péchés, la collégiale est consacrée à Notre Dame dont elle conservait un morceau de ceinture en tant que relique jusqu’à la  Révolution.

Ayant subi plusieurs remaniements au XI et XIIe siècles, la collégiale prend sa silhouette atypique formée par les deux pyramides octogonales (dites ‘dubes’) couvrant sa nef, entre 1030 et 1060, sous l’égide du prieur Thomas Pactius, chapelain du comte d’Anjou, Foulque le Jeune.

Très restaurée au XIXe siècle par l’architecte Verdier, l’église est aujourd’hui dans un état sanitaire préoccupant. Notamment les dubes présentent des désordres importants liés aux infiltrations d’humidité. La Ville de Loches a retenu Atelier 27 en 2015 pour établir l’étude diagnostic préalable à la restauration intérieure et extérieure puis d’en assurer la maîtrise d’oeuvre.

L’étude diagnostic a été rendu en 2016. Une première phase de travaux a été réalisée en été 2017, concernant principalement des travaux de mise en sécurité et de mise hors d’eau. D’autres phases de travaux sont à prévoir dans les années à venir.

Atelier 27 a travaillé ensemble avec Sylvain Lhôtellier, restaurateur spécialiste de décors peints, dans le cadre de la définition du projet de restauration du portail polychrome du narthex.


Champigny-sur-Marne Eglise Saint Saturnin


RESTAURATION DES COUVERTURES ET CHARPENTES

 

Titre : Eglise St Saturnin – Restauration des couvertures et charpentes de la chapelle Nord-Est et du bas-côté Nord

Année : 2013-2014

Type de marché : Marché public

Maître d’ouvrage : Ville de Champigny-sur-Marne

Montant de travaux : 50.000€ HT

Surface : N/C

Matériaux : Charpente en chêne, couverture en tuiles plates grand format,  pierre de taille

Mission : Mission complète

Etat : Travaux 1ère phase achevés

 

L’église Saint Saturnin de Champigny-sur-Marne, date en partie de la fin du XIIe et début XIIIe siècle et est classé Monument Historique depuis 1913. Le clocher a été reconstruit au XVIIe. L’église est très endommagée lors de la guerre de 1870 pendant la bataille de Champigny.

Le projet de restauration visait les couvertures et charpente de la chapelle Nord-Est et du bas-côté Nord, accolés à la tour clocher. La couverture de la chapelle a pu être restaurée sans problèmes, celle du bas-côté Nord a du être interrompu suite à la découverte de désordres dans les murs-boutant mises à jour lors des travaux de restauration de charpente.

Afin de définir les travaux de conformation nécessaires,  une nouvelle étude a été menée et est en cours d’instruction par l’Inspection Générale des Monuments Historiques. En attendant le bas-côté a été mis hors d’eau avec une couverture provisoire en bac acier et les maçonneries de la galerie du triforium étayés.

Les travaux devraient reprendre prochainement.